L’ail et l’hypertension, mythe ou réalité ?

L’ail agit efficacement dans certains troubles de la circulation sanguine. Il permet de prévenir et de lutter contre une hypertension légère à modérée, et l’athérosclérose. Mais saviez-vous que l’aubépine, la feuille d’olivier et le potassium s’avèrent aussi être d’excellents régulateurs de tension ?

Hypertension artérielle : pensez à l’ail, les feuilles d’olivier et l’aubépine.

La maîtrise de l’hypertension
L’hypertension est la pathologie cardio-vasculaire la plus fréquente dans les pays développés : 40 % des plus de 65 ans et 90 % des plus de 85 ans seraient concernés. L’hypertension artérielle se définit par une valeur supérieure à 140/90.
Si l’hypertension est modérée, les médecins recommandent de pratiquer une activité physique quotidienne de 30 minutes (marche, vélo…), de limiter la consommation de sel, d’alcool et de graisses saturées, d’arrêter le tabac, d’éviter les sources de stress et de perdre du poids si nécessaire. En l’absence de résultats après trois mois, le médecin prescrit alors un traitement hypotenseur, le plus souvent maintenu à vie, des bétabloquants, des diurétiques thiazidiques, des inhibiteurs calciques.
Cependant, pour 10 à 30 % des hypertendus, l’hypertension résiste à tous les traitements et parfois les effets secondaires peuvent être importants.

Les points importants à retenir dans l’usage de l’ail sont la dose et la régularité.

Louis Pasteur fut l’un des premiers à démontrer que l’ail pouvait détruire des bactéries. Durant la Seconde Guerre mondiale, l’armée russe eut recours à l’ail lorsqu’elle vint à manquer de pénicilline. Les principaux actifs de l’ail sont des composés sulfurés libérés lorsque l’ail est broyé ou écrasé.

Une alimentation suffisamment riche en ail diminue l’agrégation plaquettaire et augmente sensiblement l’activité fibrinolytique. Ces deux effets conjugués confèrent à l’ail ses fameuses vertus antithrombotiques. Grâce à ses activités hypolipémiante et hypocholestérolémiante, l’ail prévient également l’athérosclérose et les accidents vasculaires qui lui sont associés (infarctus pour le coeur, hémiplégie pour le cerveau, artérite pour les jambes, etc.). Les résultats intéressants dans la prévention des maladies cardiovasculaires apparaissent après plusieurs mois. Et il est important de ne pas cumuler les plantes avec un traitement médicamenteux.

Une étude de l’université de Boston a ainsi montré qu’une tisane quotidienne d’hibiscus permettait de réduire l’hypertension légère aussi bien que des antihypertenseurs.

Après 12 semaines
Des chercheurs australiens viennent de tester les effets de l’ail sur des personnes souffrant d’une tension artérielle trop élevée.
Leur étude a porté sur 50 personnes ayant une hypertension, déjà traitées par des médicaments, mais présentant une tension artérielle mal contrôlée. La moitié d’entre eux a reçu quatre gélules contenant des extraits d’ail, entre 600 et 900 mg d’extrait d’ail par jour ce qui correspond à 3,6 à 5,4 mg d’allicine, le principe actif (par comparaison une gousse d’ail frais contient de 5 à 9 mg de cette substance) et l’autre moitié quatre gélules de placebo (produit inactif) pendant douze semaines. Au terme de l’essai, les volontaires recevant les gélules d’ail avaient incontestablement une tension plus basse en moyenne que les autres, une amélioration comparable a celle des médicaments classiquement utilisés pour soigner l’hypertension comme les bêtabloquants ou les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine.
« C’est la première fois qu’un essai prouve l’efficacité et la tolérance d’extrait d’ail comme traitement complémentaire de l’hypertension mal contrôlée, soutient Karin Riad, de l’université d’Adélaïde en Australie. L’effet de l’ail sur l’hypertension avait déjà été montré, mais uniquement sur des personnes atteintes d’hypertension mais non traitées encore. »

Pour 10 à 30 % des hypertendus, l’hypertension résiste à tous les traitements et parfois les effets secondaires peuvent être importants.

Trois plantes contre l’hypertension modérée
L’olivier (Olea europea)
La substance active de l’olive, l’oleuropéoside, dilate aussi les coronaires et l’aorte, régularise le rythme cardiaque, et réduirait légèrement le cholestérol.
On peut consommer les feuilles d’olivier sous forme de décoctions quotidiennes (cinq jours par semaine, trois semaines sur quatre durant trois mois par exemple) à raison de 30 grammes de feuilles pour un litre d’eau à faire bouillir durant 10 minutes à feu doux.
L’ail (Allium sativum)
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) admet que l’ail peut être utile lors d’hypertension légère à modérée.
Pour bénéficier de ces vertus, il faudrait consommer 4 grammes d’ail frais chaque jour, soit 1 à 3 gousses écrasées.
L’aubépine (Crataegus monogyna)
La nervosité, l’anxiété et l’hyperactivité sont parmi les causes majeures de l’hypertension agissant à la fois sur la nervosité et sur le coeur grâce aux flavonoïdes qu’elles contiennent, les fleurs d’aubépine régularisent en effet le rythme du coeur et améliorent son oxygénation tandis que d’autres molécules (les proanthocyanidines) auraient des vertus sédatives. En infusion, on peut boire deux à trois tasses par jour à raison d’une ou deux cuillerées à café par tasse durant plusieurs semaines avant d’observer des résultats (à partir de six semaines).
En cas d’hypertension essentiellement liée au stress, les plantes calmantes comme la passiflore ou la valériane sont également recommandées.

Et le potassium
Un autre moyen de lutter contre l’hypertension : faites le plein de potassium. Des chercheurs américains confirment en effet que ce minéral est indispensable pour une bonne santé cardiovasculaire. Les chercheurs ont passé en revue les études portant sur le potassium et en ont conclu qu’augmenter sa consommation de potassium pouvait faire diminuer la tension artérielle de 10%. Les chercheurs soulignent que, dans les sociétés qui adoptent un régime riche en fruits et légumes et pauvre en sel, seule 1 personne sur 100 souffre d’hypertension contre 1 personne sur 3 dans nos sociétés !

Et aussi…
Le pissenlit, en tisane ou en salade, l’aubier du tilleul sauvage du Roussillon, les fleurs de chrysantelle (Chrysantellum americanum) et l’hibiscus sont des fleurs fréquemment citées pour combattre les hypertensions modérées. Une étude de l’université de Boston a ainsi montré qu’une tisane quotidienne d’hibiscus permettait de réduire l’hypertension légère aussi bien que des antihypertenseurs.

Posologie de l’ail

Les points importants à retenir dans l’usage de l’ail sont la dose et la régularité. Il faut choisir soit un produit normalisé en alliine ou en allicine, soit l’ail vieilli et surtout en consommer tous les jours. L’usage occasionnel ne confère aucun résultat.
L’emploi de comprimés à enrobage entérosoluble favorise la formation d’allicine dans les intestins plutôt que dans l’estomac où elle risque d’être détruite par les sucs gastriques, et réduit également les effluves causant la mauvaise haleine.
Par voie interne
Ail frais. Consommer de 1 à 2 gousses (de 4 g à 8 g) par jour.
Ail séché. Prendre de 0,5 g à 1 g par jour.
Extrait normalisé (1,3 % d’allicine, soit de 3,6 mg à 5,4 mg d’allicine par gramme de poudre). Prendre de 200 mg à 400 mg, 3 fois par jour.
Teinture (1:5, 45 % éthanol). Prendre de 2 ml à 4 ml, 3 fois par jour.

Effets indésirables

Légers malaises gastro-intestinaux occasionnels à la suite d’une forte consommation d’ail. Certaines personnes peuvent avoir de la difficulté à digérer l’ail cru. Possibles réactions de la peau ou des muqueuses résultant de l’application topique d’ail frais.

Sources Passeportsante.com, lanutrition.fr, sante-medecine.journaldesfemmes.com, lefigaro, Le Point.fr, notretemps.com

Post Author: yogamond

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *