L’art du rire, la science de respirer

Saviez-vous qu’une minute de rire équivaut à 30 minutes de relaxation et que 15 minutes de rire feraient le même effet que 40 minutes de jogging ? Eh oui, le rire a donc bel et bien de grandes vertus thérapeutiques. Alors qu’en 1939, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, nous nous esclaffions en moyenne 19 min/jour, aujourd’hui nous ne rions qu’à peine 5 minutes chaque jour. Heureusement, le yoga du rire (Hasya Yoga en sanscrit) a été développé par le médecin indien Madan Katari et sa femme, Madhuri Kataria, il y a une vingtaine d’années. Plus que jamais il est urgent de rire ; alors bienvenue dans l’Univers du RIRE !

D’où ça vient?

Le premier « club de rire » aurait officiellement vu le jour en Inde, à Mumbai, en 1995. Débutant avec un petit groupe de cinq personnes dans un parc public, le concept s’est vite répandu à travers le monde et il y aurait aujourd’hui des milliers de clubs de rire dans 65 pays.

En mars 1995, Dr Madan Kataria, médecin généraliste de Mumbai, préparait un article intitulé « Rire – la meilleure médecine » pour le bulletin de santé qu’il publiait. Ses recherches l’ont amené à découvrir une quantité époustouflante de publications scientifiques démontrant les bienfaits du rire sur le corps et l’esprit humain. Il fut particulièrement intéressé par le livre du journaliste américain Norman Cousins « Anatomy of an Illness » («La volonté de guérir») qui décrit comment l’auteur s’est guéri d’une spondylarthrite ankylosante en riant.

Dr Kataria découvrit aussi les résultats du Dr Lee S. Berk de l’Université Loma Linda en Californie, qui démontrent que le rire réduit le niveau de stress dans le corps et stimule le système immunitaire.

Le Dr Kataria a donc décidé sur-le-champ4h du matin!) de créer un « club de rire » pour lexpérimenter et bénéficier lui-même d’une activité aussi simple, mais apparemment si puissante. Avec l’aide de sa femme, Madhuri, professeure de yoga, il a créé des techniques qui mélangent respirations profondes, étirements et exercices amusants qui stimulent le rire. Le Yoga du Rire, également appelé « Rire sans Raison » était né! Et officiellement, depuis 1998, le premier dimanche de mai est déclaré la journée mondiale du rire.

« Rire sans raison »

Les humoristes font salle comble, les bêtisiers de fin d’année sont très attendus et les vidéos d’animaux ou de chute drôles circulent par milliers sur internet. Nul doute que l’être humain a grand besoin de rire. Et pourtant, statistiquement, nos éclats de rire durent de moins en moins longtemps. Que nous reste-til? Les Clubs de rire. Mais de quoi s’agit-il exactement?

Un Club de Rire est un groupe de personnes qui se réunit autour d’un animateur pour rire ensemble, selon les principes du « Rire sans Raison » établis par le Dr Madan Kataria. Au début de la séance d’environ une heure, les rires sont certes mécaniques et forcés, mais peu à peu, les exercices entraînent inévitablement un rire naturel et contagieux.

Mais que fait-on exactement ? Debout ou assis, on s’échauffe par de petits exercices de mise en scène. Les « habitués » entraînent les « nouveaux arrivants » assez gênés, car faire la poule devant des inconnus est quelque peu délicat.

Puis, vient la liste des rires :

Le « Rire de la Dispute » : nous argumentons en riant;

  • Le « Rire de Soi » nous fait rire de nos bons et moins bons coups;

  • Le « Rire du moteur enrayé » nous permet de démarrer notre moteur intérieur en riant;

Le Rire de salutation est une diarrhée verbale incompréhensible.

Dans les Rires de la nature, nous imaginons le rire du vent et celui de la forêt.

Dans la danse des fougères, les uns derrière les autres, nous chantons et dansons en reculant : « La fougère est belle, il faut la cueillir ».

Durant le chatouillis des mains, nous chatouillons les doigts des mains les uns des autres.

L’action entraîne l’émotion

Selon ses inventeurs, le yoga du rire repose sur le principe que : « l’action entraîne l’émotion » et que le rire augmenterait la production des endorphines dans le cerveau.

Tout le concept du yoga du rire est basé sur des études qui démontrent que le corps ne fait pas la différence entre un rire spontané et un rire provoqué – à la condition qu’il soit fait avec énergie. La personne en retirerait ainsi les mêmes bienfaits physiologiques et psychologiques, en plus de surmonter la peur du ridicule.

En 2007, des chercheurs américains en psychologie ont fait faire à 33 employés 15 minutes par jour de yoga du rire. Au bout de deux semaines, ils ont observé que les employés avaient plus d’efficacité, d’optimisme, d’émotions positives, d’empathie et d’adaptabilité.

Les scientifiques s’accordent à dire qu’on devrait rire au moins 15 min par jour de façon soutenue, quelques secondes étant insuffisantes.

Quand on rit, le diaphragme sautille et stimule tous les organes qui se trouvent à proximité : l’estomac, le foie, la rate, les intestins. Et cela détend les muscles qui l’entourent : abdomen, poitrine, cou, visage et même les bras. Parallèlement, le système cardio-vasculaire se dilate. L’air est expulsé à 120 km/heure : ce qui permet de nettoyer à fond les muqueuses des poumons.

« Lorsqu’on rit, nos canaux lacrymaux s’ouvrent, explique un médecin. Le visage se déforme, les poumons se dilatent, le cœur ventile, le diaphragme s’active, l’air expulsé percute les cordes vocales. C’est une méthode de relaxation très efficace. On considère qu’un rire de 1 minute intense équivaut à 30 minutes de relaxation et que 15 minutes équivaudraient à un jogging de 40 min. »

Le rire régulier, chez des personnes atteintes de diabète, augmenterait les niveaux de bon cholestérol (HDL) et diminuerait l’inflammation selon une récente étude scientifique. Dr Lee Berk, de l’université Loma Linda en Californie, avait déjà montré dans des études précédentes que la simple anticipation du visionnement de films d’humour amenait une augmentation des niveaux de bêta-endorphines (qui améliorent l’humeur) et de l’hormone de croissance (qui aide au fonctionnement du système immunitaire) de 27% et 87%.

 

Témoignages

Euphorie sans modération

« Rions !» dit Nadège, la propriétaire de l’entreprise de pinceaux en Bretagne, au journal Ouest-France. « Le samouraï ! » lance la prof de yoga. Chacun avance martialement, en tranchant l’air du côté de la main. « On hache menu nos contrariétés ». Puis « quinze secondes de folie », pour crier sa joie à l’annonce d’une bonne nouvelle. Tout le monde se met à hurler, avec de grands rires, les bras en l’air, en courant dans tous les sens. « Le baragouin », ordonne Nadège. On se lance dans de grands discours joyeux, dans une fausse langue sans mots, seulement des sons, qui partent souvent dans les aigus. On saute dans le « rire du GPS » : à la queue leu leu, en rond on fait semblant de conduire à un rond-point. Au signal, tout le monde part à gauche, en arrière, à droite. On se bouscule joyeusement, on rit de bon cœur. Ce n’est pas tous les jours qu’on voit une patronne glousser devant ses salariés en imitant une poule qui bat des ailes. Tout le monde est en rond, épaule contre épaule. Ça vous soude une équipe… On se refile un coussin, c’est la patate dont personne ne veut. Le coussin est lancé et relancé avec les mains, finit en ballon de foot, tout le monde est plié. Et le rire de la vache à traire : deux par deux, on « trait » les pouces de son vis-à-vis. « Rire en entreprise procure de la complicité. Le contact visuel, la bienveillance, le respect, la bonne humeur, tout cela est excellent dans un cadre de travail, conclut Nadège. »

À la recherche du rire intérieur

«Faire rire, c’est faire oublier», écrit Victor Hugo dans L’Homme qui rit. Pour souder les équipes ou remotiver les troupes, Adidas ou Danone s’y mettent peut-on lire dans le Figaro.

Rire fait sécréter les « hormones du bonheur » qui dopent l’efficacité, la concentration, l’attention, la confiance en soi… « Si vous donnez une surcharge de travail à une personne, elle va mieux l’accepter et produire de meilleurs résultats », affirme Fabrice Loizeau, directeur de l’Institut Français du Yoga du rire. Puisque tout le monde ne partage pas le même humour, les professionnels font appel au « rire sans raison ». Les individus d’un groupe commencent par simuler des rires en disant « ha ha ha, ho ho ho, hi hi hi », puis ces rires, communicatifs et contagieux, deviennent réels.

« Un salarié épanoui a 99,9% de chances d’avoir des clients satisfaits », observe Guillaume Richard, président fondateur d’O2, qui organise l’opération « Souriez c’est la rentrée » en septembre, « la période la plus chargée et la plus intense de l’année ». L’année dernière, les salariés se sont pressés à l’atelier « yoga du rire ». Avec des retours « majoritairement très positifs et certains plus mitigés », dit-il : « ça nécessite un lâcher-prise par rapport à soi qui peut être compliqué pour certaines personnes ».

Olivier Ouzé, « entraîneur de bonne humeur », refuse de « déclencher de la bonne humeur parce que l’entreprise ferme, qu’il y a une fusion ou un besoin de produire plus. Il ne faut pas imposer des choses inappropriées. Quand les gens sont en souffrance, ils n’ont pas envie de rire ». Il précise toujours qu’il n’est « pas là au service de la direction qui voudrait vous faire oublier qu’il y a des soucis ».

Experts en hilarité au Québec

De retour de Naramata, C.-B, où elle reçoit son diplôme officiel de Formateur Agréé de Yoga du Rire du Dr Kataria School of Laughter Yoga, Linda Leclerc, diplômée en génagogie, fonde en 2005 l’École du Yoga du Rire qui offre les programmes de Rire sans Raison MAXI-RIREMÉDI-RIRE, les Retraites du Rire «Madhuri-re»Les séminaires d’initiation et de formation conduisant à l’obtention de certificat officiel d’Animateur agréé de Yoga du Rire / Club de Rire (Certified Laughter Yoga Leader ) et de Professeur agréé de Yoga du Rire (Certified Laughter Yoga Teacher).

Elle est le seule Maître professeur de Yoga du Rire du Canada, et a été récemment proclamée « Ambassadrice du rire pour l’Amérique du Nord ». Après être montée sur la grande scène du Festival Juste pour rire de Montréal, elle fut impliquée dans une tourmente médiatique pour des sessions de yoga du rire à des fonctionnaires.

Elle explique « que l’on fasse semblant de rire sans émotion ou que l’on rie vraiment, notre corps ne fait pas la différence, on en retire les mêmes bienfaits, le corps déclenche la même chimie heureuse. La partie yoga a rapport à la respiration, car on combine le rire à des exercices de respiration. Lorsque les gens rient, ils ne sont plus dans le jugement, il y a plus d’ouverture et de tolérance. Dans mon cas, depuis 2003, ça me permet d’être plus connectée à ma partie joyeuse, celle qui aime jouer et qui ne se préoccupe pas des opinions des autres. Avant, j’attendais d’avoir une raison de rire. Ce qui me plaît le plus, ce sont les exercices qu’on peut faire pour rire seul. On a tous envie d’être à côté des gens qui rient souvent, donc le rire est charismatique. Les personnes qui nous font rire sont des aimants sociaux, on a besoin de rire ».

Elle explique « qu’au début, c’est mécanique, mais l’action entraîne l’émotion et le vrai rire démarre. Se surprendre en délit de rire, quel bonheur! Il y a aussi « le rire des pleurs » pour les moments où ça va moins bien. On penche en pleurant et on remonte en riant.

J’ai testé le yoga du rire

« À Paris, j’ai rendez-vous avec de parfaits inconnus… pour rire pendant une heure, raconte la journaliste de Psychologie Magazine ! Intriguée, j’observe mes compagnons. Ni illuminés ni déprimés, tous semblent normaux. Tout ce petit monde se sourit gentiment, retire ses chaussures et s’installe en cercle dans la salle. Pour se mettre en condition, Jocelyne, qui dirige la séance, nous invite à frapper dans nos mains en poussant, sur une profonde expiration, des « ho-ho !, ha-ha ! ».

Les choses se corsent au premier exercice : le “rire bonjour”, il suffit de se diriger vers une personne, de la regarder et de lui serrer la main… en se marrant ! En pratique, on rit un peu jaune, pas évident de s’esclaffer sur commande ! Mais dès la deuxième ou troisième poignée de main, on sourit franchement et on pouffe spontanément. Car tout le monde joue le jeu, et ces visages ouverts, ces yeux pétillants, ces éclats sonores qui fusent aux quatre coins de la pièce dérideraient le plus sérieux des papes. De ces regards, de ces gestes qui s’échangent dans une gaieté sans nuages naît une complicité qui favorise le “lâcher-prise”. Les appréhensions tombent et les rires sonnent… vrais.

Les exercices et mises en situation se succèdent et les rires fusent, de plus en plus primesautiers. Logique : plus on a l’habitude de rire, plus on rit. Une vingtaine d’adultes se tirant la langue et agitant les mains dans une pantomime du “rire du lion”…, le spectacle vaut le détour ! La contagion l’emporte sur la gêne.

encadré

Lors d’une séance de rire, vous réaliserez que :

  • vous n’avez pas besoin d’avoir le sens de l’humour pour rire.

  • vous n’avez pas besoin d’être heureux pour rire.

  • vous n’avez pas besoin d’avoir une raison de rire.

Au plaisir de vous RIRE.

 

150 exercices pour rire

http://www.laughteronlineuniversity.com/150-laughter-exercises/

 

pratiquer

Club de rire de Montréal et du Québec

clubderirequebec.com

École Du Yoga Du Rire

yogadurire.com

En savoir plus : ouvrage « Le yoga du rire » Linda Leclerc. 2011. Éditeur : Guy Trédaniel.

Post Author: yogamond

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *