TKV Desikachar (1938-2016)… le yogi humain

Par Daniel Pineault, Enseignant de Yoga, Bsc. KHYF, FFY, CTY

Fils du Professeur T. Krishnamacharya, en l’honneur duquel il a créé un centre d’expertise en consultation et en enseignement du yoga, Desikachar aura été actif pendant plus de 50 ans en propageant le « yoga adapté à l’individu ». Ayant eu le privilège exceptionnel de côtoyer Desikachar sur une période de 12 ans, je souhaite présenter un portrait humain de ce professeur qui n’est plus.

Desikachar – un yogi familial

On a beau essayer de s’y faire, c’est difficile d’accepter le départ d’une personne qu’on apprécie. Desikachar, l’enseignant de yoga connu internationalement pour son application du yoga en consultation individuelle, nous a quittés le 8 août dernier. Père de trois enfants, il faisait partie d’une tradition où la lignée du yoga se transmet de père en fils (ou fille). Cet exemple de yoga familial fut à l’époque nouveau pour moi, car je croyais que tous les yogis étaient des brahmacharis célibataires, la libération finale étant leur seule préoccupation. Desikachar a été l’exemple, pour Isabelle, ma femme, et moi, qu’en yoga, il y avait de la place pour la famille. C’est en partie grâce à son exemple que nous avons fondé notre propre famille et continué notre enseignement en yoga.

Desikachar se démarquait … par sa simplicité

Comme bien des Indiens du Sud, Desikachar était simple et pragmatique. Ingénieur de formation, il savait utiliser les outils du yoga de façon créative pour motiver ses élèves à faire du yoga à la maison. Ses pratiques individuelles allaient directement au but et s’avéraient d’une efficacité impressionnante. Il se déplaçait seul, sans cortège. Dans ses déplacements en avion, il se présentait comme un consultant en yoga. Élevé à l’indienne, il mangeait simplement en vingt minutes ou moins et laissait souvent ses hôtes prolonger le repas et la discussion. À la maison, il avait la simplicité matinale d’aller faire une promenade avec son chien Tulsi.

Parfois intense, il évitait l’éparpillement.

Les années 70 sont ses années très actives de propagation du yoga. Il parcourut l’Europe à l’époque où il enseignait le yoga individuel au grand philosophe J. Krishnamurti. Il présenta des séminaires de yoga à la communauté universitaire des États-Unis et il en résulta ses premiers livres sur le yoga de sa tradition. Ayant parlé parfois des journées entières, il aimait aussi se distraire. Je l’ai appris à mes dépens lors d’un repas de soirée où nous étions à table avec lui après une journée intense. Dans la continuité de la thématique quotidienne, je lui posais des questions qui n’en finissaient plus. Semblant attentif, il prit quelques secondes de silence avant de me répondre « Would you pass me the salt please ? (Pourriez-vous me passer le sel s’il vous plaît) » et tout le monde éclata de rire.

Accueil amical et générosité …bienvenue les Canadiens!

L’année précédant notre première rencontre, je m’étais fait une image de la personnalité de Desikachar à travers ses écrits et des vidéos. Acceptés en Inde pour une première entrevue, nous étions, Isabelle et moi, bien nerveux de savoir comment se déroulerait notre rencontre avec le maître. Imaginant les premières secondes de la rencontre, nous avions prévu un cérémonial de salutations respectueuses à l’indienne avec des formules de politesse. Marchant nerveusement en direction du Krishnamacharya Yoga Mandiram, où nous allions le rencontrer, Desikachar nous apercevant de loin s’exclama joyeusement en s’approchant de nous : « Tiens voilà les Canadiens! Entrez et venez vous asseoir, je serai avec vous dans un instant ». Généreux de son temps, il nous avait accordé une longue entrevue pour établir notre plan d’action et notre avenir.

Spirituel et humble

Desikachar savait élever l’estime des autres autour de lui. Il avait le souci de mettre à l’aise son interlocuteur et le désir profond d’aider les gens et de voir leur situation s’améliorer. À la fois très pragmatique et parfois très spirituel, ses rituels touchaient le coeur des gens et les invitaient à devenir de meilleures personnes. Lors de nos études des Sutra de Patanjali traitant de la libération, j’esquissais à nouveau une question existentielle à savoir si la libération pouvait se manifester à l’état « d’être vivant » ou fallait-il pour réaliser ce dernier passage devenir un « esprit » ? Ayant écouté ma question, il me regarda avec compassion et me dit simplement : « Daniel, lorsque j’aurai atteint cet état, je serai en mesure de te répondre ».

Desikachar a certainement atteint cette liberté aujourd’hui. En regardant sa photo dans notre local de yoga, j’ai l’impression que son message et son regard sont plus pénétrants que jamais, comme si l’écho de ses enseignements et de ses exemples de la vie de tous les jours me parlait et résonnait encore plus fort dans mon coeur.

Le yogi si humain savait toucher les coeurs. Il était convaincu que c’est à ce niveau-là que surviennent les plus beaux changements de la nature humaine. À cet égard, il fut pour tous ses élèves un merveilleux exemple de bonté et d’humanité. Son souvenir demeure lumineux!

__________________________

Daniel Pineault – Formé en Inde dans la tradition de Krishnamacharya. Reconnu par la Fédération Francophone de Yoga, Formateur honorifique du CTY, il se spécialise dans l’enseignement des Yoga Sutra, du pranayama, la méditation, le chant sanskrit et la consultation individuelle. www.leyogacentre.com / LeYogaCentre à St-Hyacinthe.

Post Author: yogamond

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *